Ombre indigène Ombre indigène
Ombre indigène
Ombre indigène

Ombre indigène (coédition le consortium (Dijon) / Wiels (Bruxelles))

À propos

Depuis une vingtaine d'années, Edith Dekyndt repense l'interdépendance de l'oeuvre et de son contexte de présentation en termes de spatialité et de temporalité étendues à l'écosystème du monde. Ce catalogue offre une approche sélective de son travail à l'occasion d'une double exposition au Consortium et au Wiels.
L'oeuvre d'Edith Dekyndt se caractérise par des formes minimales qui jouent avec les conditions et les limites de la perception, elle touche à des questions qui sont devenues essentielles, notamment celle des relations qui se tissent entre l'homme et son environnement. Edith Dekyndt avance à partir d'expérimentations qui visent à rendre visible les énergies qui animent le monde. Pour cela, elle mélange les sciences et la magie, la technique et l'intuition, son abstraction prend racine dans l'expérience physique de la matière. Derrière l'élégance de son minimalisme grouille la multiplicité du vivant, comme dans ce tas de fumier dont elle filme les vapeurs qui s'échappent au petit matin. Selon les mots de Vinciane Despret, son oeuvre témoigne de la diversité des façons dont les choses et les êtres font compter leur environnement. Dekyndt nous propose de percevoir comment les choses et nous devenons réciproquement sujets et objets d'expérience. Et comment, dans ces expériences, par un jeu constant de relais et de médiations, nous échangeons nos propriétés.
Les expositions au Consortium et au Wiels incluent des oeuvres fabriquées avec des substances, des organismes et des phénomènes trouvés à proximité. Les deux présentations ne comprennent aucune oeuvre identique et leurs agencements suivent des directions différentes, réfutant ainsi le principe du « libre échange » de l'itinérance sans enracinement trop souvent appliqué aux manifestations artistiques. Edith Dekyndt aura conçu et réalisé des ensembles d'oeuvres similaires - et non identiques - pour ses deux expositions, suivant une structure et narration parallèles, rejetant ainsi de façon subtile l'attraction du principe de répétition mécanique.
Publié à l'occasion de la double exposition éponyme au Consortium, Dijon, du 30 octobre 2015 au 24 janvier 2016 et au Wiels, Bruxelles, du 5 février au 24 avril 2016.



Rayons : Arts et spectacles > Généralités sur l'art > Histoire de l'art > Art contemporain

  • EAN

    9782840668480

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    184 Pages

  • Longueur

    25 cm

  • Largeur

    19 cm

Infos supplémentaires : Relié  

Edith Dekyndt

ée en 1960 à Ypres en Belgique, Edith Dekyndt vit et travaille à Tournai. Vidéaste, dessinatrice et sculptrice, son travail procède d'une observation méticuleuse des forces naturelles et des phénomènes physiques qui se produisent quotidiennement sans pour autant être perceptibles. L'objectif de ses expérimentations n'est pas scientifique, il s'agit pour l'artiste de mettre en place des figures de contemplations et de réflexions. Face à son œuvre, le spectateur se retrouve confronté aux carences de sa propre perception visuelle et doit se retourner vers l'émotion, l'intuition et l'imagination. Essentielle à la structuration du sens, la composante imaginaire peut être liée à certaines stratégies conceptuelles à travers lesquelles une œuvre d'art se complète dans l'expérience et les pensées de son audience.
Le travail d'Edith Dekyndt a été présenté dans plusieurs grandes institutions internationales, notamment lors d'une exposition personnelle au Mac's du Grand'Hornu en Belgique (2010) ou des expositions collectives au Moma de New York (2010), au Printemps de Septembre de Toulouse (2011), à la Kunsthalle de Vienne ou à la 5e Biennale de Moscou . Ses œuvres sont présentes dans plusieurs collections publiques, dont le Moma de New-York, et le Witte de With de Rotterdam.

empty