Vie pratique & Loisirs

  • Depuis les forêts du Yellowstone aux crêtes du Kirghizstan, des steppes du Haut-Var à la terrasse de son appartement, Baptiste Morizot nous invite à partir sur les traces d'êtres hors du commun, souvent mythifiés : les grands prédateurs - ours, loups, panthères des neiges... À travers différents récits de pistage, l'auteur nous propose ainsi de porter notre attention sur le vivant simultanément autour de nous et en nous, et apprendre à cohabiter avec lui.

  • Que diraient les arbres si on les écoutait ? A la suite de son premier livre «Et si on écoutait la nature ?» (Payot), Laurent Tillon s'attache aujourd'hui à raconter l'histoire d'un chêne pédonculé bien particulier de la forêt de Rambouillet. Alliant une sensibilité naturaliste développée depuis l'adolescence aux découvertes scientifiques les plus récentes, l'auteur est pour la première fois en mesure de réaliser la biographie de cet arbre majestueux en pleine force de l'âge. A travers la vie pleine de suspense et de rebondissements de ce chêne, c'est l'occasion de brosser, avec tendresse et humour, les portraits étonnants de toute une galerie d'êtres qui interagissent avec lui, du champignon invisible (mais néanmoins indispensable) au cerf et au loup en passant par le capricorne, le mulot et bien d'autres encore. Bien qu'en apparence parfaitement immobile, «Quercus» tisse des liens indéfectibles avec tous les habitants de la forêt. Prédation bien sûr, mais surtout coopération et alliances à tous les étages, du sous-sol à la canopée. Ayant dressé ses premières feuilles quelques décennies avant la Révolution française, dans un paysage de lande arborée difficilement imaginable aujourd'hui, «Quercus» raconte aussi un volet de l'histoire tumultueuse des hommes à travers leurs relations complexes et ambigües aux arbres. De la forêt royale vouée au seul divertissement de la cour jusqu'au souci du végétal qui irrigue maintenant des pans entiers de la société, Laurent Tillon évoque avec empathie l'émergence et l'évolution de la sensibilité au vivant.

  • Ce qu'ils ressentent, comment ils communiquent, découverte d'un monde inconnu.

    Les citadins regardent les arbres comme des « robots biologiques » conçus pour produire de l'oxygène et du bois.
    Forestier, Peter Wohlleben a ravi ses lecteurs avec des informations attestées par les biologistes depuis des années, notamment le fait que les arbres sont des êtres sociaux. Ils peuvent compter, apprendre et mémoriser, se comporter en infirmiers pour les voisins malades. Ils avertissent d'un danger en envoyant des signaux à travers un réseau de champignons appelé ironiquement « Bois Wide Web ».
    La critique allemande a salué unanimement ce tour de force littéraire et la manière dont l'ouvrage éveille chez les lecteurs une curiosité enfantine pour les rouages secrets de la nature.

  • Le mystère d'être un corps, un corps qui interprète et vit sa vie, est partagé par tout le vivant : c'est la condition vitale universelle, et c'est probablement elle qui mérite d'appeler le sentiment d'appartenance le plus puissant. Ainsi, les animaux sont pour nous à la fois des parents et des étrangers d'une profonde altérité. Baptiste Morizot approfondit ici une série d'enquêtes philosophiques fondées sur la pratique du pistage. Il s'agit de pister à la fois les vivants sur le terrain et les idées que nous nous faisons d'eux dans la forêt des livres et des savoirs... Ce livre approche les animaux, humains compris, comme autant de «manières d'être vivant».

  • Nous les plantes

    Stefano Mancuso

    Les plantes prennent la parole !
    « Ce livre s'efforcera de remédier à notre manque de reconnaissance et d'estime envers les végétaux en les traitant à l'égal d'une nation, c'est-à-dire d'un ensemble d'individus ayant en commun leurs origines, leurs moeurs, leur histoire, leurs organisations et leurs objectifs. Observer la Nation des Plantes aboutit alors à des résultats surprenants : regroupée sous son drapeau vert, blanc et bleu, elle constitue la nation la plus nombreuse, la plus importante et la plus répandue de la Terre, où les arbres sont à eux seuls plus de 3000 milliards ; forte de tous les végétaux du globe, elle tient sous sa dépendance tous les autres organismes vivants. ».
    Après le succès de L'Intelligence des plantes, le neurobiologiste Stefano Mancuso pose les bases d'une véritable constitution sur laquelle bâtir notre avenir pour vivre en harmonie avec le règne végétal.

  • La pensée écologique

    Timothy Morton

    • Zulma
    • 7 Février 2019

    Si l'agent spécial Dale Cooper (Twin Peaks) prenait la plume, voici le livre qu'il pourrait écrire. Car, à l'image du personnage de David Lynch, qui voit son rapport au monde trans- formé, Timothy Morton propose une philoso- phie à la fois radicale et troublante.
    Morton part d'un constat sombre : le réchauf- fement climatique a entraîné la sixième extinc- tion de masse, un phénomène irréversible dû à l'activité humaine : nous sommes entrés dans l'ère de l'Anthropocène. Mais, loin de se lancer dans un discours aux consonances apocalyptiques, Morton affirme que ce nouvel état du monde nous offre l'op- portunité de repenser notre place sur Terre.
    Nos petits pas pour aller vers un monde plus « vert » ne servent qu'à soulager notre conscience. Aucune politique d'enver- gure ne pourra être menée tant que nous ne serons pas devenus des êtres pensants écologiques. Et il est inutile de se référer à un monde passé idéalisé. Adieu économie circu- laire et développement durable, prenons la situation dans sa globalité ! Penser écologique, c'est d'abord adopter ces trois points fonda- mentaux : Relativiser la toute-puissance de l'homme sur Terre et sur les éléments. Pen- ser l'écologie sans la « Nature », au sens d'un territoire pur, sauvage et vert : la nature est concrète, construite, polluée. Se positionner d'égal à égal avec tous les êtres - humains, animaux, végétaux, miné- raux ou même technologiques.
    Lire La Pensée écologique, c'est embarquer pour un fabuleux voyage. On y découvre les hyperob- jets, tels que le réchauffement climatique ou les déchets radioactifs, qu'il nous est difficile d'ap- préhender dans leur globalité. On se glisse dans le maillage, parce que tout est interconnecté.
    On y rencontre les étranges étrangers : ani- maux, énergies fossiles, objets industriels, virus informatiques... tous ces êtres qui nous sont liés, et qui prennent une nouvelle dimension. Le tout illustré d'exemples aussi concrets et lumineux que les poésies de Milton et de Blake, l'art contemporain, l'univers protéiforme de Björk, des films comme Blade Runner ou Solaris.
    Voici un texte radical qui change totalement notre regard sur le monde, à la fois très accessible et totalement nouveau dans le champ de la philosophie contemporaine.

  • Qu'est-ce que l'instinct territorial chez les oiseaux ? Vinciane Despret mène l'enquête et, sous sa plume, oiseaux et ornithologues deviennent intensément vivants et extrêmement attachants.

  • Face à la crise écologique actuelle, nos actions semblent impuissantes. Mais c'est peut-être qu'on protège mal ce qu'on comprend mal. Nous ne sommes pas des Humains face à la Nature. Nous sommes des vivants parmi les vivants. Nous ne sommes pas face à face, mais côte à côte face au dérobement de notre monde commun. Que devient l'idée de "protéger la nature" quand on a compris que le mot "nature" nous embarquait dans une impasse dualiste, et que "protéger" était une conception paternaliste de nos rapports aux milieux ? Cela devient «raviver les braises du vivant», c'est-à-dire lutter pour restituer aux dynamiques du vivant leur vitalité et leur pleine expression. L'ancienne protection de la nature était confisquée par les experts et les États ; cet ouvrage se penche sur des initiatives qui révèlent un mouvement puissant, qu'il faut accompagner et nourrir : la réappropriation de la défense du tissu du vivant, du soin des milieux de vie. Nous sommes le vivant qui se défend.

  • Laissez votre imagination s'envoler et célébrez la beauté et la diversité des oiseaux dans l'art, la science, l'histoire et la culture.

    Bird : Explorer le monde ornithologique présente une étude visuellement fascinante des oiseaux qui retrace leur attrait scientifique et populaire à travers les âges et les pays du monde. En montrant la remarquable diversité des espèces, des minuscules colibris aux autruches plus grandes que l'homme, des pingouins des pôles aux aras tropicaux, ce livre extraordinaire renferme des illustrations ornithologiques célèbres et moins connues et des oeuvres d'art de tous styles. Des associations bien pensées révèlent comment, de l'Égypte ancienne à nos jours, les artistes, les illustrateurs, les ornithologues et les photographes ont saisi leur nature, leurs ressemblances, leur caractère et leur symbolisme. Bird est le dernier volume de la collection Explorer le monde de Phaidon après Cartes, Plantes, Fleurs, Animal et Univers, chacun de ces opus offrant une approche unique d'un sujet d'intérêt général.

  • Petit traité d'écologie sauvage Nouv.

    Dans un monde inversé, il est reconnu que les animaux et les plantes ont une vie intellectuelle et sentimentale similaire à celles des humains. La culture occidentale traditionnelle ne subsiste que dans quelques régions françaises où un anthropologue jivaro l'étudie et milite pour sa sauvegarde.

  • Forêts Nouv.

    Forêts

    Collectif

    Dédiée à la nature, à l'aventure et à l'exploration, la revue semestrielle Reliefs invite des chercheurs, géographes, philosophes, biologistes, artistes ou historiens à nous raconter les mondes d'hier et de demain. Face à la crise écologique, chaque numéro propose une réflexion pluridisciplinaire sur nos relations à la Terre et aux autres vivants.
    Dossier « FORÊTS »

  • Dans ce livre, François Couplan, ethnobotaniste de renom, nous invite à un voyage avec les plantes, à travers les lieux et les cultures. Depuis de nombreuses années, il parcourt la planète, et explore les différentes manières d'entrer en relation avec les plantes, de les observer, de les organiser, de les domestiquer, et de vivre avec elles. Pour François Couplan, aller à la rencontre des plantes nous permet de changer notre conception de la nature, de retrouver la mémoire des anciens, voire de modifier nos états de conscience. Un ouvrage immensément séduisant dans lequel on apprend par petites touches une foultitude de choses.

  • L'interaction des hommes avec le règne végétal et animal par l'auteur de La Vie secrète des arbres.
    Un message optimiste : Contrairement à ce qu'on pourrait penser, le lien entre l'homme et la nature n'est pas rompu, même si nous n'en sommes pas toujours conscients.
    Comment réveiller la nature en nous ? : Nos sens sont moins émoussés par la civilisation que nous le pensons. Nous n'avons pas cinq mais sept sens : comme certains animaux, nous sommes capables de percevoir les fluctuations atmosphériques (météoropathie) et, comme certaines plantes, nous sommes doués de proprioception.
    Nous sommes la nature : L'homme ne domine pas la nature, il est la nature.
    Encore les arbres : Ils sont nos plus précieux alliés pour nourrir cette connexion.

  • Épuisée, gagnée par la dépression, Michaeleen ne sait plus comment gérer Rosy, sa fille de 3 ans. Crises de rage, demandes incessantes, pleurnicheries... Elle rencontre des difficultés que tous les parents connaissent. Tous ? Peut-être pas.

    Habituée aux reportages dans les coins reculés, elle décide d'aller vivre avec Rosy en immersion dans trois des plus vénérables communautés du monde : les Mayas, les Inuits et les Hadza. Elle découvre des enfants responsables, autonomes, participant volontairement aux tâches ménagères, et ce sans cri ni conflit. Une parentalité aux antipodes de celle qu'elle pratique, sans aucune des luttes de pouvoir qui jonchent son quotidien avec Rosy.

    Et si les Occidentaux avaient tout faux en termes d'éducation ? Chasseur, Cueilleur, Parent nous invite à repenser radicalement notre relation avec nos enfants. L'auteure a testé les outils de parentalité de ces anciennes cultures sur Rosy avec des résultats dépassant ses espérances.
    Oui, nos enfants peuvent apprendre à :
    être responsables, adaptables et coopératifs, comme les Mayas ;
    Maîtriser leur colère, comme les Inuits ;
    être autonomes et sûrs d'eux, comme les Hadza.
    Découvrez tous les secrets des cultures ancestrales pour élever des humains heureux !
    « Un ouvrage salvateur pour résoudre les innombrables conflits qui se lèvent entre parents et enfants. Inspirant et pratique, étayé autant par l'observation et l'expérimentation que par la science. » ISABELLE FILLIOZAT

  • Nouvelle édition.

    Nouvelles espèces illustrées et des cartes de répartition supplémentaires.

    Le présent ouvrage traite de l'ensemble des oiseaux qui nichent ou peuvent être observés régulièrement en Europe, en Afrique du Nord, ainsi qu'au Moyen-Orient.

    Plus de 200 planches couleurs d'une finesse et clarté inégalées pour identifier 900 espèces de manière fiable.
    Une quantité d'informations exceptionnelle en regard de chaque espèce.
    Pour identifier toutes les espèces par la méthode « différentielle ».
    Pour chaque espèce, des cartes de répartitions d'une grande précision.

  • La terre comme communauté

    Aldo Leopold

    Une anthologie essentielle pour redécouvrir la pensée du plus célèbre des forestiers, aux origines de la protection de la nature.
    Le prophète de l'écologie était d'abord un forestier.
    L'Almanach d'un comté des sables s'appuie sur 20 ans de travail de terrain.
    Dans ce recueil d'articles, on découvre l'élaboration progressive de sa conception de la protection de la nature.
    Dans le contexte contemporain d'innovation et de réflexion sur la libre évolution, Leopold nous ramène aux fondamentaux de la protection de la nature.
    Textes sélectionnés par Daniel Vallauri et Jean- Claude Génot

  • A l'égal d'un Baptiste Morizot alliant, sur le terrain, la philosophie et les sciences naturelles pour en dégager de nouvelles manières d'être vivant, Estelle Zhong-Mengual oeuvre à hybrider l'histoire de l'art et les savoirs naturalistes les plus contemporains. Apprendre à voir est un livre érudit mais toujours accessible, passionnant, intimiste lorsque l'autrice partage ses émotions devant une fleur ou une mésange, un guide qui brouille les frontières entre musées et forêts, un vadémécum à avoir toujours avec soi pour renouveler notre lien à l'art et à la nature, raviver notre émerveillement et intensifier notre présence au monde.

  • Le grand classique de la philosophie de l'écologie «Depuis un siècle, le monde dans lequel nous vivons a changé à un rythme vertigineux. Les philosophes ont plus que jamais besoin de remplir le rôle qu'ils remplissaient autrefois - redéfinir notre représentation du monde en réponse à une expérience humaine radicalement modifiée. De quelle façon nouvelle pourrions-nous imaginer notre place et notre rôle dans la nature ? Quelles valeurs nouvelles, quels nouveaux devoirs et quelles nouvelles obligations en découlent???» Les principes de l'éthique de la terre ont été formulés dans les années 1940 par le légendaire écologue et écrivain Aldo Leopold. En lui donnant toute sa solidité théorique et une forme systématique, J. Baird Callicott a fait de l'éthique de la terre l'une des pensées les plus ambitieuses de la philosophie contemporaine. Le philosophe comme l'écologue, l'anthropologue comme l'amoureux de la nature, trouveront leur bonheur dans cette éthique de la terre.

  • Entre le 16e et le 17e siècle, l'image d'une Terre organique, féminine, et vivante fait place à une nouvelle vision du monde dans laquelle la nature est reconceptualisée comme une machine morte et passive, autorisant ainsi sa spoliation sans limite aux mains de l'homme.
    Dans La Mort de la nature, Carolyn Merchant montre que ce changement de paradigme aurait justifié non seulement la domination de la Terre, mais aussi la création d'un système socio- économique dans lequel les femmes, depuis toujours associées à l'image de la Nature, seront subjuguées aux hommes.
    Ce livre, qui est un des premiers à explorer la Révolution Scientifique du point de vue du féminisme et de l'écologie, traite des changements économiques, culturels et scientifiques à l'origine du monde moderne et de la crise écologique qui menace sa survie.

  • Partout en France, des citoyens se regroupent pour inventer collectivement une vie plus sobre et plus solidaire, afin de mieux répondre aux crises écologiques, économiques et sociales que nous traversons.
    Depuis sa création en 2007, le Mouvement Colibris travaille à faire connaître et à accompagner ces collectifs. Situés dans différents territoires français, en ville ou à la campagne, les 12 collectifs présentés dans cet agenda sont très divers mais tous ont le désir commun de participer à la transition vers une société plus juste, résiliente et écologique.
    Chaque mois, le lecteur découvre un nouveau collectif, son histoire, son mode d'organisation, et l'une de ses activités : l'écoconstruction, la récupération des déchets, la réinsertion sociale, l'éducation alternative, etc.

  • Mais qui sont ces oiseaux qui disparaissent ?
    Van Dooren explore ce qu'est la vie pour ceux qui doivent vivre au bord de l'extinction, en prenant soin de leurs petits et en pleurant leurs morts. Il étaye ses études par des témoignages de scientifiques et de communautés locales. Ces espèces, qui ne sont plus des entités abstraites aux noms latins, deviennent des personnages à part entière, imbriqués dans des modes de vie complexes et précaires, qui suscitent notre curiosité, notre inquiétude et notre sens des responsabilités envers les autres dans un monde en mutation rapide.
    Chaque chapitre d'En plein vol se concentre sur une espèce ou un groupe d'oiseaux différent : les albatros du Pacifique Nord, les vautours indiens, une colonie de pingouins en voie de disparition en Australie, les corbeaux hawaïens et les emblématiques grues blanches d'Amérique du Nord. Écrit dans une prose éloquente et émouvante, le livre fait le point sur ce qui est perdu lorsqu'une forme de vie disparaît du monde - les ramifications étendues qui se répercutent pour impliquer un certain nombre d'humains et d'autres plus qu'humains.
    Personnalité de premier plan dans le domaine émergent des études sur les extinctions, Thom van Dooren met la philosophie en conversation avec les sciences naturelles et ses rencontres ethnographiques pour vivifier la signification culturelle et éthique des extinctions modernes. En plein vol intègre les particularités des animaux réels et de leurs mondes, attirant les philosophes, les spécialistes des sciences naturelles et les lecteurs en général dans l'expérience de la vie au sein de la biodiversité et de sa perte.

  • Dans certaines langues comme le quechua ou le wolof, il n'existe pas de mot pour désigner la nature. Comme si les populations en contact régulier avec elle ne voyaient pas l'intérêt de la nommer, au contraire de nous, Occidentaux, majoritairement urbains. Mais quand on parle de « nature », de quoi parlons-nous au juste ?
    La nature - l'ensemble du vivant sur Terre - ne se résume pas à des noms d'espèces, des chiffres et des courbes d'extinction. Elle est une communauté d'êtres qui vivent les uns avec les autres, parfois les uns contre les autres. Si on peut imaginer la nature sans humains, le contraire est impossible.
    La nature n'est ni notre amie ni notre ennemie, mais elle est le socle de notre vie et de bien des aspects de sa qualité.
    Dans ce livre, Anne-Caroline Prévot enquête sur nos multiples rapports à la nature et propose de nous y reconnecter, par tous les chemins possibles, quitte à mobiliser la science-fiction pour penser et finalement construire des futurs souhaitables pour toutes et tous.

  • Les lecteurs français connaissent avant tout Rachel Carson (1907-1964) par son livre prémonitoire Printemps silencieux (1962), le plus célèbre avec La mer autour de nous. Ce livre influença autant l'histoire du mouvement écologiste que celle du journalisme, en permettant pour la première fois à la réflexion écologique de toucher le grand public et de peser sur les décisions politiques. Il provoqua l'interdiction du DDT, pesticide particulièrement redoutable.
    Cette écologiste visionnaire inventa aussi l'idée, maintenant établie, d'« équilibre naturel » en montrant que toutes les formes de vie terrestre sont reliées entre elles dans une vaste chaîne, celle de la vie, cet entrelacement étant mis à mal par un engrenage de destructions causées par l'homme (pesticides, déchets atomiques, élimination des zones « sauvages » notamment).
    Ce qui confère aux livres de Carson cette grâce et cette qualité, c'est la fusion entre un esprit créatif, doué d'imagination et de perspicacité, et un esprit scientifique, passionné par les faits. Elle possède une aptitude particulière, celle de mélanger sa connaissance scientifique à sa conscience poétique et spirituelle, qui nous permet de percevoir ainsi le vrai sens du monde. Carson a toujours cherché à s'adresser aux profanes et pas seulement aux scientifiques. Pour elle la littérature est simplement l'expression de la vérité. L'une des missions de l'écrivain est de décrire le monde qui nous entoure en le rendant accessible à un homme ordinaire.
    Nous proposons ici un ensemble de textes, ceux qui nous ont paru les plus représentatifs et où l'on retrouve tout ce qui fait la force de Rachel Carson, son humanité, sa vision du monde, son engagement constant, sa rigueur, et sa façon unique de poser les questions qui importent.
    Pour sauver ces animaux, ces plantes, ces sites, cette planète dont l'homme est à la fois « le témoin et le bourreau », il faut inculquer aux enfants ce sens de la merveille et cet esprit d'enfance, source permanente de joie, en les mettant au contact avec le vivant. En prêtant attention au monde et aux merveilles qui nous entourent, peut-être aurons-nous moins de goût pour la destruction ?

empty