Snoeck

  • La Monnaie de Paris organise la première rétrospective parisienne de l'artiste allemand Thomas Schütte qui se déploiera dans les cours et dans les espaces intérieurs. Depuis les années 80, l'artiste apparait comme l'un des principaux réinven- teurs de la sculpture. Il est aujourd'hui un artiste majeur et inclassable. À la pluralité des mediums employés par Thomas Schütte (sculpture, installation, photographie, peinture, dessin) correspond un ensemble de genres, celui de du portrait, de la nature morte et du paysage.
    L'exposition en trois actes - femmes, hommes et architecture - témoigne de la troublante et grinçante analyse que fait Thomas Schütte de l'organisation de la société et de son impact sur les individus. « Mes oeuvres ont pour but d'introduire un point d'intérrogation tordu dans le monde ».

  • Le catalogue présente l'ensemble des 41 tableaux appartenant à la collection Mellon du Virginia Museum of Fine Art exposé au Musée de la Chasse et de la Nature. Deux essais introductifs, l'un rédigé par le conservateur de la collection Mellon, Mitchell Merling, et l'autre par Olivier Meslay, spécialiste de l'art anglais, viennent éclairer l'histoire de la donation par Bunny et Paul Mellon d'une partie de leur collection au VMFA et mettre en perspective cet ensemble de tableaux dans le contexte du Sporting art, un genre pictural cher à ces collectionneurs. Les oeuvres sont étudiées sous forme de notices rédigées par les spécialistes de chaque artiste, ainsi que l'ensemble des biographies des peintres exposés.

  • C'est toujours aux générations suivantes qu'il incombe d'examiner la pertinence de l'oeuvre d'un artiste selon des critères artistiques historiques. Mais qu'en est-il si cette question est négociée dès le départ par l'artiste dans son oeuvre ? Martin Kippenberger (1953-1997) est considéré, sur le plan médiatique autant que stylistique, comme l'un des artistes allemands les plus complexes et les significatifs des vingt dernières années du 20ème siècle. Il a, avec ses amis et compagnons de route, marqué de manière significative l'image de l'art à l'époque postmoderne et beaucoup remis les choses à l'endroit en toute anarchie. Son esprit, son énergie créatrice incontrôlée et l'oeuvre qui en est le fruit lui ont déjà valu de son vivant d'occuper une position prédominante dans l'art contemporain, même si tous ne l'ont sans doute pas reconnu ou accepté. Aujourd'hui, ce jugement est unanimement partagé dans le monde entier et son oeuvre occupe une place importante dans la réflexion artistique historique. La connaissance profonde de l'histoire de l'art s'y oppose à un fond presque inépuisable d'histoires de l'art et d'anecdotes sur l'art, un don d'observation formé au quotidien et le lien direct entre l'expression artistique et sa vie, de sorte que l'attitude de Martin Kippenberger et sa vision de son rôle d'artiste sont devenus des modèles pour les générations à venir. Qu'il s'agisse de dessins, d'affiches, de collages, de multiples, de livres d'artiste, de photographies, de musique, de peinture, de sculpture ou d'installations d'envergure - son travail, en plus d'englober tous les médias artistiques du 20ème siècle, les suit jusque dans les dimensions les plus ramifiées de ses possibilités. Ou alors le slogan qu'il a proclamé face à la caméra de Günther Förg « I love no waiting » nous a déjà tout révélé sur l'artiste, l'époque d'il y a 30 ans et notre propre jeunesse écoulée ? Et nous a-t-il déjà fait savoir, alors, que nous poursuivrions pleins de nostalgie l'esprit du temps incarné de manière si singulière par son art ?

  • ELMAR TRENKWALDER Nouv.

empty