Flammarion

  • La France est noyée sous une tempête diluvienne qui lui donne des airs, en ce dernier jour de 1999, de fin du monde. Alexandre, reclus dans sa ferme du Lot où il a grandi avec ses trois soeurs, semble redouter davantage l'arrivée des gendarmes. Seul dans la nuit noire, il va revivre la fin d'un autre monde, les derniers jours de cette vie paysanne et en retrait qui lui paraissait immuable enfant. Entre l'homme et la nature, la relation n'a cessé de se tendre.
    A qui la faute ? Dans ce grand roman de "la nature humaine" , Serge Joncour orchestre presque trente ans d'histoire nationale où se répondent jusqu'au vertige les progrès, les luttes, la vie politique et les catastrophes successives qui ont jalonné la fin du XXe siècle, percutant de plein fouet une famille française. En offrant à notre monde contemporain la radiographie complexe de son enfance, il nous instruit magnifiquement sur notre humanité en péril.
    A moins que la nature ne vienne reprendre certains de ses droits...

  • L'histoire de Mowgli, de l'ours Baloo et de Bagheera la panthère. Derrière les histoires d'animaux, il y a la jungle de l'Inde, la jungle de Kipling, avec ses lois et sa morale, une violence aux prises avec un intense désir de paix.


  • la publication de l'origine des espèces, en 1859, a marqué une révolution intellectuelle comparable à celle qui est associée aux noms de copernic et galilée.
    en proposant une théorie de la " descendance avec modification " et de la " sélection naturelle ". darwin apportait des réponses aux questions qui préoccupaient les naturalistes de son époque. le caractère radical de ces réponses aussi bien que les problèmes qu'elles laissaient en suspens ont alimenté d'emblée polémiques et controverses. de là les ajouts et les digressions qui, au gré des six éditions successives de l'oeuvre, en vinrent à obscurcir le propos d'origine.
    en élaguant la traduction d'edmond barbier de ce qui ne figurait pas dans l'édition de 1859 et en y rétablissant ce qui en avait disparu, le présent volume permet au lecteur francophone de retrouver cette oeuvre dans sa fraîcheur initiale.

  • Découvrez une sélection des plus inspirantes oeuvres d'art au monde - chacune de ces créations est unique, liée à son lieu et à son environnement, si singulières qu'elles sont devenues des destinations à part entière, l'auteur, Amy Dempsey, parle de « Destination Art ». Le voyage vers les sites fait partie de l'aventure car ces oeuvres d'art se trouvent dans les contrées les plus diverses : déserts, forêts, rivières et mers, dans les champs et au sommet des montagnes, dans les villes fantômes, les réserves naturelles, les anciens sites industriels, les carrières et les monastères. Elles sont aussi parfois des joyaux cachés au coeur des villes ou des jardins d'artistes. Depuis Spiral Jetty de Robert Smithson sur le Great Salt Lake dans l'Utah (États-Unis) à la Closerie Falbala de Jean Dubuffet à Périgny-sur-Yerres, Amy Dempsey guide les lecteurs avec expertise à travers les oeuvres d'art in-situ de par le monde. Cet ouvrage comprend également toutes les informations sur leur histoire et leur localisation ainsi qu'une carte et une chronologie pour tout comprendre de l'évolution des oeuvres d'art dans le paysage.

  • La publication de l'Emile, en 1762, restitue au problème de l'éducation sa place centrale en philosophie.
    De ses premiers mois jusqu'à la rencontre amoureuse, Emile est suivi dans chaque étape, à travers des expériences qui attestent d'abord le souci de considérer « l'enfant dans l'enfant », au lieu de le sortir de son âge. Rousseau montre qu'il est possible d'éduquer un homme selon la nature et de quelle façon les vices et l'inégalité caractérisent désormais la condition humaine : double enjeu qui constitue sa « théorie de l'homme ».
    La richesse incomparable de ce maître-livre tient aussi aux tensions qui le parcourent. Rousseau refuse le péché originel mais il doit rendre raison du mal et de la souffrance que ce dogme interdisait d'ignorer; il critique les philosophes de son temps mais il pousse à ses limites leur méthode empiriste; il proclame: «je hais les livres», mais il fournit le panorama le plus juste et le plus instruit de la culture du XVIIIe siècle, en face de l'Encyclopédie et, pour partie, contre elle.
    Parus ensemble, Emile et le Contrat social furent condamnés à Paris puis à Genève: la force du traité d'éducation n'échappa pas aux censeurs, même si Rousseau prétendait ne livrer que « les rêveries d'un visionnaire ». Car la forme même de la fiction arrache l'ouvrage aux circonstances : pas plus que ses lecteurs des Lumières, nous ne sommes à l'abri de ses leçons.

  • Philippe Descola est aujourd'hui l'anthropologue français le plus commenté au monde, au point d'apparaître comme le successeur légitime de Claude Lévi-Strauss. De ses enquêtes auprès des Indiens jivaros de Haute-Amazonie à son enseignement au Collège de France, il revient sur son parcours d'anthropologue - son expérience du terrain et les discussions qui ont animé l'anthropologie des années 1970 et 1980-, et éclaire aussi la question environnementale et le droit des sociétés indigènes.

    Dans cette synthèse sous forme d'entretiens, il s'intéresse tout particulièrement à nos façons d'habiter une planète remplie de "non-humains" - plantes, animaux ou esprits. Ce faisant, il propose l'une des critiques les plus inventives du modèle occidental

  • La derniere harde

    Maurice Genevoix

    Un grand roman de la forêt.

  • Des objets incongrus, des gestes excentriques, mais aussi des photographies, des vidéos et des peintures de facture traditionnelle, voilà ce qui constitue l'art contemporain. Quelquefois, ces oeuvres étonnent ou choquent. Elles suscitent en même temps la curiosité, au point de s'y perdre un peu. Aussi, pour qui s'aventure dans le monde de l'art, l'auteure de ce livre fournit des repères et suggère quelques pistes de réflexion. Depuis quand l'art « moderne » est-il devenu « contemporain » ? Pourquoi les artistes ont-ils voulu transformer le rapport des spectateurs avec les oeuvres ? Et quand les frontières avec la mode, l'architecture ou même des objets rituels deviennent floues, peut-on encore faire entrer cet art dans une définition ?

    Ce livre révèle en quoi l'art contemporain est avant tout un espace ouvert, une aire de liberté pour penser et agir différemment quand les idéologies et les systèmes philosophiques qui nous guident sont en crise.

  • Publié pour la première fois à titre posthume en 1949, l'Almanach d'un comté des sables s'est très vite imposé comme un classique des écrits consacrés à la nature. Considéré à l'égal du Walden de Thoreau, il constitue également l'un des textes fondateurs de l'écologie. «Le regard prophétique qu'Aldo Leopold a porté sur notre monde contemporain n'a rien perdu de son acuité, et la semence de ses mots promet encore la magie des moissons futures. Voilà un livre qui nous fait le plus grand bien.» (J.M.G. Le Clézio).

  • Victor Hugo justifie en ces termes l'intérêt extrême que l'oeuvre de Lucrèce suscite chez les lecteurs modernes. Or, de récentes découvertes scientifiques ont encore élargi sa sphère d'influence. Au ler siècle avant J.-C., le poète latin ne se contenta pas d'offrir à ses compatriotes la doctrine d'Epicure, leur permettant d'accéder pleinement à la philosophie, mais il traduisit en visionnaire le mouvement incessant des atomes et le perpétuel devenir des choses au sein du vide infini. Son oeuvre explore l'univers physique et le savoir grec, mais aussi notre vie quotidienne. Gardien essentiel de la doctrine épicurienne. vivant à une époque de violence et d'oppression, Lucrèce révéla non sans ferveur les moyens d'un bonheur accessible à tous. La version française que l'on présente ici se veut l'écho de la tension jamais abolie entre la poésie et la raison dans le De rerum natura. Inventant un langage de la nature, Lucrèce lui a donné des cadences que cette traduction essaie de transposer.

  • Jour après jour, le biologiste a observé un mètre carré de sol forestier des Appalaches une année durant. Il livre ses réflexions et ses découvertes sur l'écologie, l'évolution du vivant, l'interaction entre les espèces, le rythme des saisons et les conséquences de l'activité humaine sur la nature.

  • L'ardeur subversive de Duchamp s'est portée dès 1913 contre le langage. Il n'entreprend pas comme Tzara, Hausmann ou Schwitters de revenir aux sources mêmes du langage, aux phonèmes élémentaires sensibles à l'oreille, mais plutôt, suivant une démarche très rimbaldienne, de donner à chaque mot, à chaque lettre, une valeur sémantique arbitraire.

  • La foret perdue

    Maurice Genevoix

    Le seigneur d'Abdon possède un territoire au bord duquel une forêt sans âge abrite des bêtes qu'il souhaite épargner. Mais son fils, hanté par un rêve de conquête, décide de poursuivre le grand cerf. Un roman de chasse qui donne son sens à la quête de l'animal sacré.

  • Devenu homme, Mowgli quitte la jungle sans en avoir été chassé, parce qu'il n'est plus à l'âge de l'innocence et de l'immédiateté.

  • She-Bam Pow Pop Wizz ! retrace l'histoire ouverte d'une génération de femmes européennes et nord-américaines qui ont contribué avec audace et flamboyance au pop international. Leurs oeuvres, à l'image des bandes dessinées, regorgent de couleurs arc-en-ciel et vibrantes. Par des voies plurielles, elles envisagent un monde autre, aux formes rêvées, et parient sur la construction d'un monde meilleur.
    Love is all we need !

  • Une histoire de l'art moderne et contemporain à travers l'étude de la présence de l'idiotie (l'invention du rire, la fantaisie, l'inconscience) dans les arts plastiques, le cinéma, la musique et la littérature

  • De la locomotion des oursins au système vasculaire des mammifères et du langage des abeilles à la psychologie du coucou, l'Histoire des animaux fut, jusqu'aux Temps modernes, le plus important traité d'éthologie connu. Dans cette vaste enquête sur la diversité animale, Aristote recense les différentes formes du vivant selon quatre points de vue : genre de vie, activités, caractères et parties. A une époque où science et philosophie n'étaient pas encore séparées, il initie une approche proprement scientifique du vivant.

  • Dans ce livre, paru en 1963 et devenu un classique de l'éthologie, Konrad Lorenz montre que l'agression n'a en elle-même rien de pathologique ou de «mauvais». Elle est un «instinct» qui, comme beaucoup d'autres, aide à la survie des espèces. Et si le comportement agressif est parfois exagéré jusqu 'à devenir nuisible et manquer son but, l'évolution a «inventé» des mécanismes ingénieux pour diriger cette agressivité vers des voies inoffensives.
    Chez l'homme, cependant, à qui manque ce dispositif de sécurité, l'instinct d'agression semble avoir dépassé son utilité depuis que les armes modernes ont multiplié les possibilités de destruction.
    Pour l'auteur, l'étude de la conduite des animaux nous éclaire sur les dangers qui nous guettent. En se penchant avec un humour attentif sur les mariages des oies sauvages, les combats territoriaux de certains poissons ou les inhibitions quasi morales des loups, Lorenz entraîne le lecteur vers des réflexions imprévues et toujours profondes.

  • La pensée du célèbre naturaliste autrichien décédé en 1989. Il fut l'initiateur de l'éthologie, science qui étudie le comportement animal de manière comparative.

  • « Écrire l'histoire des arts de la Restauration aux premières décennies du XXIe siècle, c'est écrire l'histoire d'une révolution sans fin », écrit Philippe Dagen. En moins de deux siècles, métamorphoses et ruptures, réminiscences et résurrections, innovations et créations, loin de se succéder selon un ordre chronologique linéaire, s'entrechoquent, se superposent, s'affrontent et se brisent.
    Du romantisme à la scène internationale du XXIe siècle, en passant par l'impressionnisme, les avant-gardes, le minimalisme, le pop art et les formes d'art apparues dans les dernières décennies du XXe siècle, cet ouvrage propose :
    - Une introduction revue par Philippe Dagen qui explore la diversité des approches méthodologiques propres à l'étude de la période.
    - Une approche chronologique par grand ensemble avec introduction détaillée exposant le contexte.
    - Une thématique développée par double-page constituée d'un texte courant, d'illustrations et d'encadrés.
    - Un appareil scientifique très précis qui rassemble cartes, plans d'architecture, chronologie, glossaire, index.
    Cette nouvelle édition, augmentée de plusieurs études sur l'architecture, le design, la performance et l'émergence de la scène internationale offre un panorama complet de la période.

  • «Assis par terre avec mon magnétophone, m'efforçant de me faire le plus discret possible, j'étais stupéfait par chaque son nouveau. L'ambiance sonore prenait du relief dans ses moindres détails : le bruit de ma respiration, le léger mouvement de mon pied, un oiseau qui se posait tout près en dérangeant les feuilles mortes puis s'envolait, alarmé. Jusqu'à ce moment précis, je n'avais jamais perçu le merveilleux babillage qui remplissait la nature...» C'est par hasard que Bernie Krause, musicien dans la Californie des années 1960-1970 - les Doors, la musique de Rosemary's Baby et d'Apocalypse Now -, découvre la richesse des sons de la nature. Depuis, il consacre sa vie à enregistrer les animaux du monde entier. Revenant sur son parcours et ses travaux, il offre une merveilleuse plongée dans l'univers sonore du monde sauvage. Et nous invite à célébrer, malgré le vacarme des activités humaines, la somptueuse symphonie de la nature.

  • Martin Barré

    Collectif

    " Je ne peins pas des Vénus ou des pommes, ou mon dernier rêve ou celui que je pourrais faire. Je peins des peintures, des propositions picturales, des questions sur/à la peinture. " Martin Barré.

    Avec la collaboration de : Yve-Alain Bois, Jean-Pierre Criqui, Clément Dirié, Michel Gauthier, Ann Hindry, Molly Warnock

  • Tadao Ando : le défi

    Collectif

    Présentation de l'architecte japonais, dont l'oeuvre est marquée par la sobriété et l'élégance.

  • Avec ses images éblouissantes, ce livre démontre avec brio que, désormais, la renaissance des architectures de terre ne relève plus du voeu pieux mais est devenue une réalité écologique palpable, largement grâce aux actions militantes de ses auteurs.
    Après l'exposition mémorable que Jean Dethier consacra dès 1981 au Centre Pompidou à ce thème, il amplifie et actualise ici - avec une équipe d'acteurs parmi les plus engagés - son panorama des inventions spécifiques aux cinq continents.
    Une passion intense s'exprime dans cette vision transhistorique de l'antiquité à nos jours : elle révèle une multitude d'habitations, architectures et villes étonnantes édifiées avec la matière même de leur sol d'ancrage.

empty